L’orgasme comme bonheur et comme tyrannie

Par Jacques Ferber.

Qu’est ce que c’est bon de jouir ! Qu’est ce que c’est bon d’avoir un orgasme… Qu’y a-t-il de plus merveilleux que de vivre la jouissance des corps, l’explosion des sens ? Nous avons une chance incroyable: nous bénéficions d’un cadeau divin, celui de pouvoir vivre le plus grand plaisir qui soit, directement avec notre corps. Nous n’avons besoin d’aucun gadget (quoi que parfois cela peut aider 😉), d’aucune mise en scène coûteuse (même si cela peut en faire partie), d’aucun attirail complexe (même si cela peut être excitant). Nous n’avons besoin que de notre chair pour vivre le plaisir le plus intense qui soit.

Devant le plaisir sexuel, le pauvre est à égalité avec le riche, le jeune avec le vieux, la femme avec l’homme, le prolétaire avec le boss. Tout prend sa source en nous, tout revient à nous.

Et pourtant le plaisir n’est pas toujours au rendez vous. Il a fallu lutter contre la morale puritaine du 19ème siècle qui a encore imprégné la majeure partie du 20ème et qui est encore très présente (il n’est pas toléré de montrer un sein sur Facebook par exemple). Ce n’est qu’avec la révolution des mœurs — que l’on peut symboliquement dater à mai 68 avec notamment le célèbre “faites l’amour pas la guerre” — que le plaisir sexuel a été débarrassé de ses interdits moraux. On avait le droit à jouir ! C’est à cette époque que le féminisme a mis en avant le droit des femmes à disposer de leur corps, à ne plus être des objets des hommes, à avoir des orgasmes, à pouvoir jouir sans entrave. La pilule a rompu le dernier lien qui existait entre sexualité et procréation. Nous étions enfin libre, propriétaires de notre corps, et nous pensions que nous étions entrés dans une ère où le plaisir allait pouvoir être partout disponible pour tous.

Mais cet élan de ces années folles s’est comme arrêté en plein vol. Et ce qui était un droit est devenu, petit à petit un devoir. Le droit est passé à la norme, puis à l’obligation. Maintenant “il faut” avoir un orgasme, et cette nouvelle norme est source de tensions et de frustrations, là où tout ne devrait être que plaisir et félicité…

Le comportement du macho patriarcal, qui ne pensait qu’à son bon plaisir est pratiquement révolu. Il demeure à certains endroits certes, mais les hommes actuels sont plutôt attentifs au plaisir de leur partenaire. Ils veulent la faire jouir, lui donner le plus puissant des orgasmes. Parfois trop. Car ce plaisir qu’ils donnent c’est aussi pour se sentir homme, pour être reconnu. Quoi de plus satisfaisant pour se sentir “mec” que les cris de jouissance de la femme qui accueille l’homme dans sa puissance?

Et ainsi l’orgasme est devenu un enjeu, une obligation. Au fond de leur être beaucoup d’hommes pensent “je dois donner un orgasme à ma partenaire, sinon je ne suis pas un bon amant, je ne suis pas à la hauteur”. Et là on a dérapé… Car la femme sent cette “obligation” et elle se dit “il faut absolument que j’ai un orgasme pour qu’il se sente viril”, ce qui crée bien sûr un cercle vicieux où chacun se sent obligé là où il ne devrait y avoir que plaisir.

Et ce n’est pas fini! Car la femme aussi pense souvent qu’il est de son devoir de donner du plaisir à son homme. Elle va donc lui faire une fellation pour qu’il jouisse et soit satisfait. Mais c’est aussi pour se prouver qu’elle sait y faire, et que l’homme l’aimera en retour. L’expulsion de son sperme sera vécue comme une preuve qu’elle est “bonne”, qu’elle est digne et capable. D’ailleurs certains hommes qui ont du mal à éjaculer ou qui pratiquent la rétention tantrique ont du mal à faire comprendre à leur partenaire que non, ils n’ont pas besoin d’éjaculer pour avoir du plaisir ou même se sentir homme !

C’est comme si nous nous étions mis nous-mêmes dans une autre boucle de devoir, la morale ayant changé de forme. Du “le plaisir est malsain” de nos (arrières-)grands-parents bigots et normatifs, on est passé à “l’obligation de jouir” à la fois un peu pour soit (si je n’ai pas d’orgasme, je ne suis pas une vraie femme) et pour l’autre (si je ne lui procure pas d’orgasme, je n’ai pas de valeur) et dans les deux cas, l’autre risque de me quitter.

Je crois que le Tantra, en apportant une sexualité dégagée de tout objectif, et en particulier celui de l’orgasme, nous permet d’entrer dans une nouvelle étape : celle de la rencontre sans obligation. Non, la jouissance n’est pas un but. Qu’elle advienne et c’est merveilleux, mais cela n’est pas à rechercher systématiquement.

Un acte sexuel n’a pas besoin de se terminer par un orgasme, qu’il soit simultané ou non. Dans la vision tantrique, Il est sans début et sans fin. Un jour, une femme me témoignait :

“depuis que je fais du tantra, quand on se voit le we avec mon homme, j’ai l’impression que nous faisons l’amour tout le temps. Non pas que nous passions nos journées à faire des galipettes, même si nous aimons ça, mais parce que faire la cuisine, discuter, se blottir l’un contre l’autre, aller se promener, regarder un film, prendre une douche, tout est prétexte à caresses, à jeux, à contacts sensuels.. Même sans se toucher, nos yeux parlent d’amour et d’union. Quand je le prends en bouche c’est autant pour le goûter que pour lui donner du plaisir. Et cela peut ne prendre que quelques secondes. Car je ne me sens jamais obligée d’aller jusqu’à la “finition”, jamais obligée de quoi que ce soit. Et c’est pareil pour lui, il joue avec mon plaisir pour ne pas que je jouisse trop rapidement, pour me faire goûter au plaisir extatique. Et en même temps, on peut se lâcher aussi. Rien n’est obligé, tout est possible.”

Entrons dans un acte d’amour où la sexualité est la partie émergée de l’iceberg de la félicité. Entrons dans un monde où le plaisir n’est plus montré du doigt comme obscène mais où il ne constitue pas non plus un nouveau devoir… Faisons évoluer notre conscience et soyons libre de nos corps, de nos relations, de notre capacité à aimer, sans entrave et sans norme, sans faire de l’amour et du plaisir un enjeu.

Sachons vivre chaque instant comme un acte d’amour, comme un acte sensuel, comme une extase au quotidien, de la tartine du matin, au plaisir de se couler dans les draps le soir. Donnons nous des hugs, couvrons nous de caresses, comme ça pour le plaisir, sans objectif. Et vivons les orgasmes comme des cadeaux “faisant l’amour à la Vie”…

Enjoy

2019-01-20T14:23:57+00:00Categories: Articles|Tags: , |0 commentaire

À propos de l'auteur :

Jacques
Professeur d'université, spécialiste de sciences cognitives, il a été formé au Tantra, au Reiki, à l’analyse symbolique des rêves et des mythes, au yoga, à la méditation et à différentes traditions spirituelles, au cours de son parcours psycho-spirituel depuis plus de 20 ans. Il est l'animateur des sites www.tantra-integral.com et www.developpementintegral.com qui portent sur le développement intégral (individuel, relationnel et social), la relation existant entre sexualité et spiritualité et sur l'intégration féminin-masculin, l'approche intégrale de K. Wilber et la Spirale Dynamique. Il est auteur du livre L'amant tantrique, éditions du Souffle d'Or.Il anime depuis plusieurs années des stages de tantra, de méditations tantriques et de développement de conscience dans la mouvance intégrale. Il éclaire les pratiques spirituelles par sa connaissance des sciences cognitives.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.